Jean Alexandre Gouillet  vers 1894
Jean Alexandre Gouillet
vers 1894



Jean Alexandre Gouillet  vers 1894
Jean Alexandre Gouillet
vers 1894

 Jean Alexandre Gouillet : Acte Militaire d'Etat-Civil
Acte Militaire d'Etat -Civil
de Jean Alexandre Gouillet

Acte de décés de Jean Alexandre Gouillet - Transcription du 10/08/1897 - Ile D'Yeu
Acte de décés de
Jean Alexandre Gouillet
Transcription du 10/08/1897

 


GOUILLET Jean Alexandre

> 30/04/1874 - Ile d' Yeu ( Vendée - 85 ) 
 // + 22/05/1897 - Para - Brésil
 Inhumé à l'Ile d'Yeu le 10/08/1897 ( Vendée - 85 )

Registre Etat Civil de L'Ile d'Yeu ( 85) - Naissances 1870 -1874
/ Vue 92/109

Naissance de Jean Alexandre GOUILLET : 30/04/1874
Le 1er du moi de mai 1874 vers les 9 heures du matin a comparu Rose Léontine Pelletier, âgée de 29 ans, sage femme demeurant à l'Ile d'Yeu au port, laquelle a présenté un enfant de sexe masculin né d'hier à 8 heures du soir au Ker Pissot, de Henriette Augustine Chauviteau, âgée de 18 ans, cultivatrice, demeurant au Ker Pissot et de Alexandre Eugène Gouillet son époux, âgé de 26 ans, profession de journalier demeurant à l'Ile d'Yeu au Ker Pissot. Déclaration faite en présence de Charles Aristide Moizeau, âgé de 49 ans, receveur buraliste, demeurant au port et Camille Marcellin Poiraud, 75 ans , concierge à la Mairie qui ont dit être non parents de l'enfant.

Acte Militaire d’ Etat Civil (Classe- Année 1894)
de Jean Alexandre GOUILLET né le 30/04/1874 à L’Ile d’Yeu

( Archives de Vendée – Année 1894 – 5ème Volume – matricule 2121 – Vue 148/261
Jean Alexandre Gouillet né le 30/04/1874 à l’Ile d’Yeu, canton dudit, Département de la Vendée, résident à l’Ile d’yeu, canton du dit, département de la Vendée, profession de marin clafré ( ?), fils d’Alexandre Eugène Gouillet et d’Henriette Augustine Chauviteau domiciliés à l’Ile d’Yeu, canton du dit département de la Vendée, N° 19 du tirage dans le canton de l’Ile d’Yeu.

Décision du Conseil de Révision et motifs : Inscrit maritime au Quartier de St Gilles Croix de Vie N° 1495 ( Art 30 de la loi ), compris dans la 4ème partie de la liste du recrutement cantonnal
Détail des services et mutations diverses ( campagnes, blessures, actions d’éclat, décorations, etc...) : décédé le 22 mai 1897 à Para - Brésil

Archives Départementales de Vendée – Ile d’Yeu – décés 1897
( Vue  49/77)
Décès de Jean Alexandre Gouillet : transcription du  10/08/1897
L’an mil huit cent quatre vingt dix sept le dux du mois d’août vers les dix heures du matin par devant nous Auguste Benjamin Vincent Lacroix, premier adjoint au maire délégué aux fonctions d’officier de l’Etat Civil de la commune de l’Ile d’yeu canton de l’Ile d’Yeu, département de la Vendée avons transcrit l’acte de décés dont la teneur suit : extrait du Registre des actes de l’Etat Civil tenu en la Chancellerie du Consulat de France à Para (Brésil) pour l’année mil huit cent quatre vingt dix sept du vingt quatrième jour du mois de mai mil huit cent quatre vingt dix sept à dix heures du matin : acte de décés de Gouillet Jean Alexandre matelot à bord du navire … ( mot illisible) français  Denis-Crouan du port de Nantes inscrit à Saint Gilles ( Vendée) folio au numéro mille quatre cent quatre vingt quinze, de passage à Para ( Brésil) demeurant en France à L’Ile d’Yeu ( Vendée) décédé le vingt deux mai mil huit cent quatre vingt dix sept à midi et quart à l’hôpital de la Santa Casa de Misericordia de cette ville, âge de vingt trois ans, né le trente avril mil huit cent soixante quatorze à l’Ile d’yeu département de la Vendée, célibataire, fils d’Alexandre Eugène et de Henriette Augustine Chauviteau sur la déclaration à nous faite par M. Dalley Charles Edmond capitaine au long cours, commandant du navire Denis-Crouan arrivé dans le port de Para, âge de cinquante quatre ans, demeurant à St Nazaire ( Loire Inférieure ) et Colombel Louis Henri, marin à bord du dit navire, âge de quarante trois ans, de passage à Para qui ont dit avoir connu le défunt et  ont signé après lecture faite avec nous, signe Charles Dallé, signé Colombel . Constaté par nous Consul de France faisant fonction de l’officier de l’Etat Civil ( L.S.) signé : F. Ambrogi.
Pour extrait certifié conforme. Para le 21 mai 1897, K. Chancelier subst, signé X. Obarski vu pour légalisation de la signature approuvée de … ( mots illisibles) de M. X. Obalski Chancelier  subst. et le Consul de France signé P. Ambrogi. Pour copie certifiée conforme. Ile d’Yeu le 10 Août 1897 et … ( mot illisible) ; L’officier de l’Etat Civil.
Signatures : Lacroix, autre signature illisible.
En marge : décés du 22 mai 1897 - Transcription du 10 août. Garçon de 23 ans


ELEMENTS DE BIOGRAPHIE

Jean Alexandre Gouillet est né le 30/04/1874 à l’Ile d’Yeu. Il est le fils d’Alexandre Eugène Gouillet et d’Henriette Augustine Chauviteau domiciliés à l’Ile d’yeu, qui auront 8 enfants : 4 filles et 4 garçons

Répertorié dans le registre de recrutement des armées Classe 1894 - La Roche sur Yon - 15306 sous le matricule N°2121 - 5ème volume ( Archives de Vendée - Vue 11/25 ).

N° 19 du tirage au sort dans le recrutement militaire du canton de l’Ile d’Yeu et inscrit maritime au Quartier de St Gilles Croix de Vie N° 1495, compris dans la 4ème partie de la liste du recrutement cantonnal, il est engagé comme marin  sur le cuirassé  "Formidable ", semble t'il en 1894.

Le "Formidable" construit à Lorient de 1879 à 1885 ( lancé à Lorient en 1885, et qui sera en service de 1888 à 1909 )  et "L' Amiral Baudin", étaient deux cuirassés de guerre jaugeant presque 12000 tonnes, mesurant 102 mètres  de long ( 98 mètres  pour "L'Amiral Baudin"), 21m de large et un tirant d'eau d'environ 7.80m. Cuirassés en coques de fer, filant à 15 noeuds, ces navires étaient armés de 3 canons de 370 mm en barbettes axiales et 12 canons de 140 mm. Ils furent utilisés jusqu'en 1909 pour  le "Formidable " et jusqu'en 1911 pour "L' Amiral Baudin"
.

Le "Formidable " avait été mis en construction plus précisément à l'arsenal de Lorient le 1er septembre 1879 et achevé le 16 avril 1885. Il avait été mis en service le 1er février 1889, désarmé en 1911 et mis en réserve au cimetière de bateau de Landevennec


En 1890, le "Formidable" avait  été utilisé pour expérimenter l'utilisation de ballons captifs dans la Marine. Propulsé par 2 machines à vapeur et 12 chaudières avec 790 tonnes de charbon en soute, il  transportait un équipage de 30 officiers et 620 hommes.
En mai 1891, il était devenu le vaisseau-amiral de l'escadron de la Méditerranée. En 1898, il avait été transféré à l'escadron Atlantique, basé à Brest.


A la fin de son service militaire, Jean Alexandre Gouillet s'embarque au commerce, comme matelot sur le navire Denis-Crouan de Nantes.
Le Denis-Crouan est une trois mats barque, coque en fer de 483 tonneaux de jauge brute, construit par les Chantiers Adolphe Dubigeon de Chantenay sur Loire en 1893.
Il faisait partie de la flotte des navires  dits " les Antillais"
( commerce avec les Antilles ) de la famille Crouan une famille d’armateurs de Nantes, Rue de l’Héronnière, dont les affaires étaient le commerce du cacao avec le Brésil pour le compte des Chocolateries Menier, du sucre et des épices avec les Antilles et l’Amérique du sud.
Celle-ci  avait déjà confié aux Chantiers Dubigeon la réalisation d'autres trois-mâts du même genre, à coque en fer d’abord le Cruzeiro  en 1875,  l'Emile Menier en 1883, le Para en 1888, le Noisiel en 1890, puis le Claire-Menier et le Denis-Crouan en 1893, et ensuite le Belem en 1896 dont la coque avait été conçue en acier, et le Brazileiro en 1898.
Au début du XIXème siècle, les Crouan étaient quatre frères descendants eux-mêmes d’une famille irlandaise installée en Bretagne au XVIIIème siècle. L’aîné, Étienne-Prudent, né à Brest le 27 mars 1800, avait crée à Belém au Brésil, en 1817, un comptoir commercial dont il s’occupa avant de devenir en 1832 consul de France dans cette ville.
Ses deux frères, Augustin et Denis participèrent également à cette exploitation. Vers le milieu du XIXème siècle, Denis qui avait dirigé la maison de Belém après le départ de son frère, revint à Nantes et devint armateur. Il y mourut en 1891 à l’âge de 85 ans et son fils Fernand lui succéda. La raison sociale devint Denis Crouan Fils.
En 1891, Fernand Crouan prit  la direction de l’armement  de la maison Crouan  jusqu' à sa liquidation, en 1906.

Le pavillon de l’armement Crouan était blanc bordé de rouge avec une étoile rouge, ou verte, en son centre. Sur la proue du Belem figurait, dans un écusson, la devise en portuguais : « Ordem e progresso ». Signifiant « Ordre et progrès », c’était aussi la devise de la jeune République du Brésil, proclamée en 1889, inspirée du positivisme d’Auguste Comte. Elle correspondait également bien à l’état d’esprit de Fernand Crouan, un homme austère et sévère dont les navires étaient d’un entretien méticuleux.

Selon le détail de l'Acte Militaire des services et mutations diverses ( campagnes, blessures, actions d’éclat, décorations, etc...) et la retarnscription de son acte de décés, Jean Alexandre Gouillet est décédé le 22 mai 1897 à Para au Brésil et son corps ramené à l'Ile d'Yeu, son île natale pour y être inhumé le 10 août 1897.

Voir le rapport du Capitaine Charles Dola Commandant du Denis Crouant  fait  à son retour  à l'Amirauté de Nantes le  2 ao
ût 1897. Le corps de Jean Alexandre Gouillet ( décédé probablement d'une mauvaise fièvre ou grippe) a été ramené du Brésil lors de ce même voyage, pour être ramene à l'Ile d'Yeu le 10 août 1897

Fernand Crouan (1845 -1905)
Fernand Crouan (1845 -1905)

 Les Chantiers Dubigeon à Nantes
 Les Chantiers Dubigeon à Nantes

 
Quai Fernand Crouan à  Nantes


Le "Formidable " sur son chantier de construction à Lorient Photo parue dans l'Illustration du 08/05/1885 
Le "Formidable "
sur son chantier de construction à Lorient
Photo parue dans l'Illustration du 08/05/1885

Le lancement du cuirassé  "Formidable " à Lorient le 16 avril 1885 Photo parue dans l'Illustration du 08/05/1885
Le lancement du cuirassé  "Formidable " à Lorient
le 16 avril 1885
Photo parue dans l'Illustration du 08/05/1885

Le cuirassé Formidable Le cuirassé Formidable

Le cuirassé Formidable

Le cuirassé Formidable  

Le cuirassé Formidable
Le cuirassé "Formidable"

La vie sur un cuirassé  détail d'une illustration pour un reportage du Journal  "La Revue de Paris " vers 1899
La vie sur un cuirassé
 détail d'une illustration pour un reportage du Journal 
 "La Revue de Paris "
vers 1899



Le Belem

Le Belem

Le Noisiel

Le Noisiel


Pavillon du Denis-Crouan
Pavillon du Denis-Crouan

 

 






Transcription du rapport ci-contre, fait par le Capitaine Ch. Dola,
( Dalley ou Dallé sur l'acte de décés au Brésil ) commandant du navire Denis Crouant, du 2 Août 1897 aux Bureaux de l’Amirauté de Nantes ( Vue 437/532 – Rapports des capitaines- Archives Départementales de Loire Atlantique –  du 8 janvier 1892 au 28 mars 1896 )

L’an mil huit cent quatre vingt dix sept, le deux août devant vous Président du Tribunal de Commerce de Nantes, étant en grippe assisté de M. le Greffier, a comparu le Capitaine Dola, commandant le navire « Denis Crouant « , lequel a fait le rapport suivant :
= Je suis parti du Para le 14 juin 1897 avec un chargement de cacao à destination de Nantes, le 16 à midi appareillé de Tuipu, à 4 heures du soir hors des dangers de la rivière. Remonté assez bien les alizés de N.E. avec un temps sec et de fortes chaleurs ; dans la zone variable navigué avec des vents du sud au S.O. faibles. Le 11 juillet au matin, passé en vue de Flourdlonal ( ? ... nom illisible ) ( Açores) le lendemain grand frais de N.O. Le 14 et le 15 coup de vent d’E au Sud, très grosse mer, les coutures du pont fatiguant énormément au roulis, perdu du moins détruites petite et grande voile d’etai et marquise ; … ( mots illisibles) pris le pilote à 30 milles dans l’ouest de Belle Ile et fait route pour St Nazaire où j’ai mouillé en rade à 10 h. Le lendemain matin sans avoir fait relâche, ni communiqué avec aucun navire ; la sante refuse libre pratique et m’oblige à décharger les marchandises par gabare sur rade, la patente n’étant pas nette et de plus ayant perdu des hommes.
Ont aussi comparu les sieurs           et                faisant partie de l’équipage du dit navire lesquels ont juré et affirmé que ce rapport est sincère et véritable et la capitaine a signé avec les comparants.
Signatures : Ch. Dola , 2 signatures illisibles, Emile Pasquier

En conséquence nous avons reçu ce rapport sous notre seing et celui du greffier après lecture.
Signatures : Ernest Lemédé , le Juge E. Lefebvre





Rapport du capitaine Dola à l'Amirauté de Nantes du 02 août 1897
Rapport du capitaine Dola à l'Amirauté de Nantes
du 02 août 1897




> voir : Famille Gouillet-Chauviteau

> voir : Photos
> voir : Ile d'Yeu en ce temps là


JLB


NOTES ET TEMOIGNAGES


retour vers généalogie >>>