Emile Léman
Juin 1941
Marcilly le Hayer
(Photo Coll. JLB)

Acte de naissance de Emile Léman le 20/02/1881 à Herbissé - Aube (10)



Acte de naissance de Emile Léman
le 20/02/1881



Acte de décès de Emile Léman
le 25/05/1953


LEMAN
Emile
> 20/02/1881- Herbissé (10)
+ 25/05/1953 (72 ans) - Arcis sur Aube (10)

Vannier ambulant, puis Marchand de marée
.

Registre Etat Civil de Herbissé (10)- 1861-1900 - Vue 64/126
Acte de Naissance de Emile LEMAN : 20/02/1881
Emile Léman est né l'an 1881, le 20 du mois de février à dix heures du matin, dans la commune d'Herbissé, canton d'Arcis sur Aube, département de l'Aube, déclaré par Jacques Léman, âgé de 52 ans, né à Metz, optant pour la nationalité française, musicien ambulant.. Il est né dans la maison du Sieur Auvial Hubert, sise en cette commune, Rue de la Croix.
Ses parents lui donnent le prénom d'Emile, lequel enfant est né de lui déclarant et de Philippon Marie *, son épouse âgée de 40 ans, née à Montaigu canton de Sissonne Aisne, comme lui musicienne ambulante sans domicile fixe.
La dite déclaration de naissance est faite en présence de Hubert Auvial, âgé de 62 ans, cultivateur et de Goiffon Joseph, âgé de 50 ans, manouvrier, l'un et l'autre domiciliés à Herbissé. Les témoins signent l'acte de naissance, après qu'il leur en a été fait lecture.
Quant au père de l'enfant, il a déclaré ne savoir signer.
Signatures : Auvial , Goiffon, Bertin-Laysant


En marge de l'acte : décédé le 25 mai 1953 à Arcis sur Aube.
Par acte dressé à la Mairie de Piney, le 16 juin 1917, l'enfant Léman Emile dont la naissance est constatée dans l'acte ci-contre, a contracté mariage avec Dominique Mathis, dont mention faite par nous, Greffier du Tribunal, Arcis, le 10 juillet 1917 .

* NOTE IMPORTANTE : l'acte de naissance déclare "Marie Philippon" née à Montaigu (Aisne), âgée de 40 ans, mère d'Emile Léman. Après recherches faites dans les archives départementales de l'Aisne pour la commune de Montaigu en 1839, le nom de Philippon n'existe pas . C'est le nom de Phillippot qui apparaît : Marie Aïde Phillippot .Nous pensons à une erreur lors de l'enregistrement à l'Etat Civil de Herbissé pour la naissance d'Emile Léman.
(JLB)

Registre Etat Civil de Arcis sur Aube (10) - Année 1953
Acte de Décés de Emile LEMAN : 25/05/1953

Le 25 mai 1953, 4 heures, est décédé 30, rue de Troyes, Emile Léman, sans profession, né à Herbissé, Aube le 20 février 1881, domicilié à Arcis sur Aube , fils de Jacques Léman et de Marie Philippot, veuf de Joséphine Mathis. Dressé le 26 mai 1953,17 heures sur la déclararion de Pierre Devillers, 44 ans, Directeur Econome de l'Hôpital, 44 Rue de Troyes, qui lecture faite a signé avec nous, Armand Mauclaire, Maire d'Arcis sur Aube.



ELEMENTS DE BIOGRAPHIE

Emile Léman est né le 20/02/1881 en la maison de Sieur Auvial Hubert, Rue de la Croix en la commune d'Herbissé. Ses parents étaient musiciens ambulants et vivaient dans une roulotte. Ceux-ci avaient opté pour la nationalité française lors de l'occupation allemande de la Lorraine, et avaient dû quitter la région devenue allemande comme tous les optants à la nationalité française.
C'est ainsi qu'ils avaient migré dans la région voisine de Champagne où Emile était venu au monde à Herbissé, Rue de La Croix, dans une ferme. Il avait suivi ses parents au fil de leurs déplacements et très jeune, il avait appris le métier de vannier ambulant. A son tour, il avait décidé de vivre dans une roulotte au travers les villages de Champagne.

Emile Léman rencontre Joséphine Mathis vers 1904 et ils vivent ensemble maritalement jusqu'en 1911. A cette date le couple se sépare et Joséphine Mathis fait la connaissance de Gustave Marcel Hamel, lequel lui donne un garçon nommé Gustave Michel Hamel.

Emile Léman et Joséphine Mathis avant 1911, avaient eu trois enfants, dont le premier meurt prématurément en 1905. Etaient nés ensuite Irène Olga Léman le 11/09/1906 à Jasseines (Aube), puis Emile Francois Léman le 07/11/1909 à 23 heures dans leur voiture à chevaux sur la place publique du village d'Augerans, canton de Montbarrey dans le Jura. Ils exerçaient ensemble le métier de vanniers ambulants.

Joséphine Mathis décède alors le 23/03/1913 à Arcis sur Aube et les enfants sont confiés, après son décès au père de celle-ci, Louis Mathis.

Emile Léman durant ce temps, semble avoir été mobilisé dans l'armée puisque, il est répertorié dans la Table alphabétique des matricules de l'année 1901 sous le N° de matricule 773.
Dans ses documents militaires, on apprend qu'il a eu affaire plusieurs fois à la justice, soit pour coups et blessures, soit pour vol, soit pour chasse illégale, soit pour insoummision. Il y est déclaré résider à Romaines, canton de Ramerupt.
Il est incorporé d'abord en armée d'active au 153ème Régiment d'Infanterie (RI) de Troyes-Nancy le 16/11/1902 sous le matricule 5863., puis au 169ème RI, puis au 20ème Groupe Spécial, puis au 4ème Bataillon d'Infanterie Légère, puis au 47ème Régiment, puis au 37ème RI, jusqu'au 15/10/1909. Il passe ensuite au 29ème Régiment d'Infanterie du 04/05 au 20/05/1911.
ll est affecté à l'armée territoriale à partir du 01/12/1913 et appartient au 9ème Groupe Spécial le 19/10/1916 - Ambulance 247 à Villers St Paul (Oise).
Il participe à la campagne contre l'Allemagne du 03/01/1915 au 04/11/1916 .
Il bénéficiera ensuite des droits de la carte de combattant en 1944 pour sa participation à l'unité combattante du 3ème Bataillon d'Infanterie Légère d'Afrique du  27/07/1917 au 11/10/1917.

Entre deux incorporations, le 16/06/1917, il avait épousé Dominique Mathis dite Ernestine , la cousine de sa première femme, Joséphine. Alors qu'il est encore mobilisé, Emile Léman obtient la garde de ses enfants, lesquels peuvent rejoindre en janvier 1918 le foyer familial avec sa nouvelle épouse.
En 1921, puis en1922, il est condamné par le Tribunal de Troyes pour différentes affaires de voies de fait et de vol et se trouve affecté au 17ème Régiment des Tirailleurs Algériens en janvier 1924, puis au 20ème Régiment des Tirailleurs Tunisiens.

Dominique Mathis qui se fait prénommer Ernestine, porte le nom de Goutorbe, du nom de son précédent compagnon Paul Goutorbe, manouvrier à St Parres aux Tertres avec qui elle a vécu jusqu'en 1906.
Née en 1873. à Lagesse, elle est recensée comme chef de famille en 1911 Rue Hautefeuille, à Piney(10) exerçant comme marchande de marée, avec ses enfants : Suzanne Goutorbe née en 1901, à St Parres aux Tertres, René Goutorbe, né en 1904 à St Parres aux Tertres et avec sous son toit Ismaël Goutorbe étrangère, vannière,  née en 1851 à Montaigu.

Emile Léman, après guerre, en 1919, devient à son tour marchand de marée à Piney (Aube) avec sa femme Ernestine, qui elle, vend des légumes comme marchande des quatre saisons.
Les recensements de 1921 et de 1926 à Piney montrent qu' Ernestine Habite Rue Chevillot, puis Rue du Poirier au Loup dans cette commune, toujours comme chef de famille avec à cette dernière adresse son fils Pierre Goutorbe né en 1903 à St Parres aux Tertres, son beau-fils Emile Leman né en 1909 à Augerans (Jura), Michel Hamel né en 1915 aux Grandes Chapelles (Aube) et Marie Lavaux..

Michel Hamel ou Gustave Michel Hamel présent sous ce toit familial est le fils de la liaison de Joséphine Mathis, la première femme d'Emile Léman, après leur séparation, avec Gustave Marcel Hamel. Ce dernier a été tué sur le front le 14/09/1918 à Courlandon dans la Marne et déclaré mort pour la France, alors que Joséphine, elle, est décédée le 23/03/1913, laissant ainsi plusieurs enfants orphelins recueillis alors par son père Louis Mathis.
On imagine que c'est Ernestine qui recueille alors tous les enfants à partir de janvier 1918, après son mariage avec Emile Léman le 16/06/1917.

Emile Léman est lui aussi recensé à Piney Rue Hautefeuille en 1921 comme vannier avec son fils Emile (François) Leman né en 1909 à Augerans (Jura ).
Ernestine décède à son tour le 19/09/1927 à St Parres aux Tertres.

Présumant qu'Emile Léman avait repris son métier de vannier ou de marchand ambulant, le " Père Rhum" tel qu'on le surnommait, semble alors avoir placé à Arcis sur Aube sa fille Irène Olga, en âge de travailler dans une famille, pour des travaux ménagers et en 1923, son fils Emile François, âgé de 14 ans dans une ferme de Marcilly le Hayer, peut-être celle du Château de La Mothe, pour qu'il apprenne un métier.

Quelques années plus tard, en 1933, son fils Emile François s'était marié et avait eu des enfants avec son épouse Lucette Ernestine Aubert. Il semble être venu à quelques reprises voir son fils et sa femme et les petits enfants Jeannine et Lucien, selon les tournées de son métier ambulant, jusqu'en juin 1941, où il était revenu à Marcilly le Hayer au Moulin de Putemuse pour le baptême de l'enfant dernier né de la famille, Colette Léman.
En octobre 1941, Emile Léman est encore mentionné habiter Nogent sur Aube à quelques kilomètres d'Arcis.

En 1949, il était encore passé voir son fils et ses petits enfants à Marcilly, au Moulin, dont la dernière née, Yvette, venue au monde en août1943. Il se déplaçait encore entre les villages avec sa voiture de vannier.
En 1953, une dernière fois, en mai, il était venu à pied jusqu'à Marcilly, puis était reparti vers Arcis sur Aube pour rendre visite à sa fille Irène Olga. Sur le chemin, il avait contracté une mauvaise bronchite qui l'avait alité quelques jours chez elle, avant qu'il ne décède le 25 mai  de cette même année au 30 Rue de Troyes à Arcis sur Aube.


> voir : Famille Léman-Mathis
> voir : Photos
> voir : Herbissé en ce temps là
> voir : Piney en ce temps là


© JLB/ 30 Novembre 2018




Les vanniers ambulants













Etat des services et mutations militaires
de Emile Léman


Tableau de répartition des classes
 

Irène Olga Léman vers 1970  Arcis sur Aube  ( Photo Transmise par Angeline Piat le 09/12/2012 )
Irène Olga Léman
vers 1970
 Arcis sur Aube 


Emile François Léman
en 1929

A l'occasion du baptême de Colette Léman
De gauche à droite : Paul Menneret, inconnue,
Adonis Guinand, Irène Olga Léman,
Gustave Michel Hamel ( fils de Joséphine Mathis), Raymond Joannés ?, Denise Joannés ?
(enfants de Irène Olga Léman),
Emile Léman (veuf de Joséphine Mathis et de Ernestine Mathis),

 Emile François Léman, Lucette Aubert tenant dans ses bras Colette Léman, bébé.
Enfants : Jeannine Léman, Lucien Léman

fin juin 1941
au Moulin de Putemusse

Marcilly le Hayer.
(Photo Coll. JLB)
   


NOTES ET TEMOIGNAGES
Selon informations de Nelly Léman (du 28/11/2018), il semble ne plus y avoir de trace dans les archives de la commune et dans le cimetière d'Arcis sur Aube de l'inhumation de Emile Léman, datant de 1953 sur place. Aucun document n'atteste d'une sépulture ou de sa présence parmi les tombes des indigents de la commune, ou de sa présence dans la fosse communale.

JLB


 

 

 

retour vers généalogie >>>