Trois dundées coulés au large de l'Ile d'Yeu le 03 Janvier 1917.
Le "Jeanne Mathilde", le "Saint Jacques" et le "Pierre Le Grand" sabotés en une matinée par un sous-marin allemand,l
'UB 39 de l'OL Heinrich Küstner.


Le Jeanne Mathilde
Le "Jeanne-Mathilde"    


Le Louis-Francis  immatriculé à St Nazaire : SN 1084  -Ile d'Yeu
Le " Saint Jacques " et le "Pierre le Grand"  étaient des dundees de pêche
semblables au "Louis-Francis" (à gauche ), au "Marie-Claude" ( à droite )
ou au "Jeanne -Mathilde", ci-dessus, tous les trois coulés le 3 janvier 1917
par l''UB 39 de l'OL Heinrich Küstner.


Le  "Jeanne Mathilde" : dundée de 40 tonneaux, immatriculé à l'Ile d'Yeu, patron : Abel Mousnier, équipage : Fernand Girard, Henri Mousnier, Joseph Poiraud, Oscar Plessis, Jérome Pajot, coulé vers 9 heures  du matin

Le " Saint Jacques " :
dundée de 34 tonneaux, immatriculé à l'Ile d'Yeu , armateurs : Guillet, Renaud et Charruau,  pour 1/3 chacun , patron  : Emile Pharoux, équipage : Benjamin Thevenot, Octave Chauvet, Jules Leroux, Joseph Burgaud, Roger Pharoux, coulé vers 10 heures.

Le " Pierre Le Grand"  dundée de 42 tonneaux, immatriculé à l'Ile d'Yeu, a
rmateur : Pierre Turbé, patron : Jules Burgaud, équipage : Joseph Doux, Arthur Charruau, Armand Taraud, Jules Bétu, Adolphe Izacard, Pierre Turbé. coulé vers10h45



Le 3 janvier 1917, alors que le " Jeanne Mathilde" vient d'être coulé par un sous marin allemand vers 9 heures  du matin  à environ 16 milles au sud-sud-ouest des côtes de l'Ile d'Yeu, et l'équipage jeté dans un canot,
qui vogue à la rame vers le Port de La Meule, l'enseigne de vaisseau Leclerc, commandant le patrouilleur auxiliaire POITOU (*1) , rédige le rapport ci-dessous.


« Je viens de recueillir en mer, à 6 milles du phare de l'île d'Yeu les équipages des dundees SAINT JACQUES et PIERRE LE GRAND, coulés par un sous-marin à 10h00 du matin à 20 milles au sud de l'île d'Yeu.
A 15h00, étant en drague, la vigie a signalé un petit canot par 3 quarts bâbord. J'ai envoyé mon convoyeur, CIGALE (*2) , reconnaître ce canot.


A 15h45, j'ai embarqué tout l'équipage du dundee de pêche SAINT JACQUES :
PHAROUX Emile Patron 60 ans
THEVENOT Benjamin Matelot 42 ans
CHAUVET Octave Matelot 48 ans
LEROUX Jules Matelot 30 ans
BURGAUD Joseph Novice 17 ans
PHAROUX Roger Mousse 15 ans

A 16h00, j'ai fait route à 8 nœuds sur Les Corbeaux. La vigie a alors signalé un autre petit canot à 4 quarts bâbord.
A 16h30, j'ai embarqué l'équipage complet du dundee PIERRE LE GRAND :
BURGAUD Jules Patron 44 ans
DOUX Joseph Matelot 48 ans
CHARRUAU Arthur Matelot 29 ans
TARRAUD Armand Matelot 46 ans
BETU Jules Matelot 32 ans
IZACAR Adolphe Novice 17 ans
TURBE Pierre Mousse 14 ans

Déroulement des naufrages.
SAINT JACQUES avait quitté l'île d'Yeu le 2 Janvier pour aller sur les lieux de pêche. Le 3 Janvier à 09h00, le dundee avait mouillé son chalut par des fonds de 32 brasses dans le SqSW du grand phare de l'île d'Yeu. Très bonne visibilité et pas de vent. Le PIERRE LE GRAND se trouvait à 500 m.

L'attention de l'équipage est attirée par celui du PIERRE LE GRAND sur un sous-marin qui approche. Les hommes du PIERRE LE GRAND ont vu couler le dundee JEANNE MATHILDE.
Le sous-marin parcourt les 7 milles qui séparent JEANNE MATHILDE des deux voiliers en 25 minutes. Il stoppe à 100 m de PIERRE LE GRAND et donne l'ordre à l'équipage de quitter le voilier et de venir en canot jusqu'au sous-marin. Puis, pendant que le PIERRE LE GRAND est évacué, il vient à 10 m du SAINT JACQUES et donne le même ordre.
Le patron Pharoux a réussi à cacher le fusil et les 100 cartouches qu'il possédait ; les Allemands ne les trouveront pas. L'équipage de SAINT JACQUES restera une heure environ sur le sous-marin, tandis que trois marins allemands porteurs de deux cartouches de dynamite se rendent sur leur navire. Ils placent une bombe dans la chambre avant et une dans la chambre arrière et le font sauter.
Puis le sous-marin prend le canot en remorque et revient près du PIERRE LE GRAND où la même opération se renouvelle, mais avec une seule bombe.

Les deux canots des naufragés font alors route sur l'île d'Yeu. Après les avoir recueillis, je suis allé stopper à 1/2 mille de la jetée de Port Breton pour les débarquer. J'ai ensuite fait route à 7 noeuds pour doubler la pointe nord de Yeu et m'établir en croisière pour la nuit entre le sud et l'ouest de l'île. »


Description du sous-marin.
L'enseigne de vaisseau précise :
« J'ai interrogé le patron Pharoux, le plus qualifié pour donner des renseignements, ayant passé trois quarts d'heure sur le sous-marin. Mais les maigres renseignements furent obtenus à grand peine et sont très sommaires. On ne peut s'en étonner car les hommes ont eu grand peur et sont encore sous le coup de l'émotion.
De plus, ces équipages sont composés d'hommes et d'enfants n'ayant, les uns jamais vu de bâtiment de guerre, les autres n'en ayant que des souvenirs fort estompés par le temps. Ils ignorent tout des sous-marins, au point que certains l'appellent même
« torpilleur » !


Ils s'accordent pour dire que le sous-marin mesurait 60 à 70 m de longueur, encore que l'un d'eux assure qu'il mesurait 15 m.
Le canon était de petit calibre, mais tout rouillé, et semblait ne pas avoir servi depuis longtemps.
Le sous-marin était peint en gris.
Devant les silhouettes, le patron Pharoux et le patron Burgaud sont d'accord pour reconnaître un sous-marin du type UB 18 à 47. Mais cette silhouette des UB attire leur attention sans doute à cause du canon. Il pourrait s'agir d'un UC.

Il a été impossible de tirer d'autres renseignements précis ou des données techniques de ces gens ignorants et sous le coup de l'émotion.
Ils ont vu une quinzaine d'hommes, beaucoup étant des chauffeurs aisément reconnaissables à leur figure sale. ( nota : peut-être à cause du charbon... ) Mais le va-et-vient continuel leur fait penser qu'il devait y avoir une vingtaine d'hommes.
Le mousse a vu le n° 1 inscrit sur leurs bonnets. »


(1)- ( nota : POITOU était un chalutier construit aux USA et réquisitionné à La Rochelle le 26 Juin 1915. Utilisé comme patrouilleur-dragueur, il se perdra le 8 Décembre 1917 en s'échouant aux Sables d'Olonne).

(2)- ( nota : CIGALE était l'ancien baleinier norvégien HORTA, acheté par la Marine en Décembre 1915. Il était utilisé comme patrouilleur à La Pallice. Après la guerre, il deviendra le yacht AFROS, dans l'île d'Andros. Pendant la 2ème guerre, il sera incorporé à la Kriegsmarine et rebaptisé 12M3.)


Commentaire.
L'enseigne de vaisseau Leclerc se montre assez cinglant avec ces malheureux pêcheurs, les faisant presque passer pour des demeurés. Pourtant, ils ont parfaitement identifié le type de sous-marin et l'observation du petit mousse (probablement fils du patron) recoupe parfaitement les renseignements donnés par l'équipage de JEANNE MATHILDE.
Le sous-marin attaquant, c'était donc, comme pour le JEANNE MATHILDE, l'UB 39 de l'OL Heinrich KÜSTNER.

Cdlt
Olivier12

Source Forum 14-18 : Posté le 08-04-2011 à 14:27:43 par Olivier12
( JLB )


 

Le "Pierre Le Grand"  était un dundée de 42 tonneaux appartenant à Pierre Turbé, lequel est mobilisé  sur le front, au 2ème Régiment d'Infanterie Coloniale, lorsque son bateau de pêche est dynamité par le sous-marin allemande UB 39, le 3 janvier 1917.
Pierre Turbé avait confié le commandement du navire à Jules Burgaud, avec à bord ce jour là,  un équipage formé de Emile Charruau, Adolphe Izacard, Louis Bétus, Jacques Taraud, Pierre Doux,  son fils, Pierre Marie Joseph Turbé agé de 14 ans, qui en était le mousse pour la saison de pêche.
Il faut noter que quelques jours après ce sabotage, le 28 janvier 1917,  le marin Jacques Taraud, se portait volontaire sur le canot de sauvetage "Paul Tourreil " , commandé par le patron Noé Devaud, pour aller porter secours au navire norvégien l'"Ymer " torpillé à son tour par un sous-marin allemand au large des c
ôtes espagnoles.  Jacques Taraud, 46 ans, père de 2 enfants, périra dans ce sauvetage, avec cinq autres marins sauveteurs, après trois jours de dérive effroyable dans la tempête et le froid, à l'approche de l'Ile Raguenès, près de Névez en Bretagne.
Voir : " La tragique odyssée des sauveteurs de l'Ymer : 26-28 janvier 1917 "

Par ailleurs, Pierre Marie Joseph Turbé, devenu marin sur les navires de commerce transatlantiques, s'engagera en octobre 1941 dans le 1er Régiment des Fusilliers Marins pour répondre à l'appel de la France Libre du Général de Gaulle, combattra en Syrie, puis à El Alamein en Egypte, à Bir Hakeim en Lybie, en Tunisie, en Italie, de décembre 1941 à juin 1944, avant de tomber au combat au Pradet dans le Var , le 24 ao
ût 1944 , lors du débarquement de Provence.
Voir : " Biographie de  Pierre Marie Joseph Turbé  ( 1903 -1944) "
Voir: "  Biographie de Pierre Octave Turbé (1875-1960) "

Jean-Loup Bretet

Ci-dessous
Pierre Octave Turbé, patron-armateur-propriétaire du "Pierre le Grand" et son fils
Pierre Marie Turbé, mousse à bord du "Pierre le Grand", lors de l'attaque allemande.



Pierre Octave Turbé
lors de sa mobilisation

le 19 février 1915
 

Pierre Marie Joseph Turbé
vers 1941
Ile d'Yeu


L'équipage du " Pierre Le Grand "
vers 1916
Ile d'Yeu