Fait divers en 1697 à Bouaye : un arrangement à l'amiable

Il y en a du monde chez Maître Bretet, notaire à Bouaye, en ce 21 octobre 1697 !
Outre les deux notaires réglementaires requis pour valider l'acte, se trouvent Jean Guibert d'une part, Jean Bouyer et Jacques Georget, son valet, d'autre part.
Tous trois sont laboureurs : Guibert à la métairie du Bois Olive, paroisse de Bouaye, Bouyer et son valet à la métairie de la Gâte, paroisse de Saint Léger.

Que se passe-t-il ?

Une querelle de voisinage sans doute, les terres du Bois Olive et celles de la Gâte ne sont pas tellement éloignées l'une de l'autre et le ruisseau du Bois Guignardais n'est qu'une petite frontière naturelle entre les deux paroisses.
On ne sait qui a commencé. Toujours est-il que les bestiaux de Guibert, conduit, accordiez quelque crédit aux valeurs que nous défendons, par Jacques Beillevaire, son valet, ont causé des dégâts dans la vigne de Bouyer. Une bagarre a dû éclater. On n'y est pas allé de main morte puisque Bouyer et Georget, s'en sortent avec dix jours d'incapacité de travail !

Jean Bouyer a porté plainte.
Mais aujourd'hui les deux parties se retrouvent chez le notaire pour un acte d'accord et d'assoupissement de procès qui estoit prest de se mouvoir et commancer pour plainte de la part des dictz Jan Bouyer et son valet à l'encontre du dict Guibert. Le recteur de Bouaye et Louis Baudoin, seigneur de la Ville en Bois, ont servi de médiateurs afin de parvenir à un accord amiable.

Termes de l'accord.

Guibert devra payer pour retardement de la personne dudit Bouyer et vallet allictés en leurs licts la somme de dix livres, soit 12 sols par jour pour Bouyer et 8 sols pour son valet et ce pendant dix jours.
De plus, pour les dommages et agastz que ses bestiaux auroient fait à une vigne appartenante à Bouyer, la somme de cinq livres tournois et il devra trois journées de ses bœufs pour récompance d'ycelle (vigne).
Il fera bien soigner et trecter humainement ledict Bouyer et son valet de leurs blessures, jusqu'à parfaite guérison par honorable homme Bernardin Langlade, maître chirurgien demeurant à Bois et il paiera ce qu'il conviendra faire pour eux.

On a évité le procès.
Sous réserve que Jean Guibert paye sous quinze jours la somme convenue, le procès demeure assoupy et de nulle effect.
Le métayer de la Gâte et son valet reprendront leur travaux dès qu'ils seront remis sur pied. L'histoire ne dit pas si le métayer de la Ville en Bois a félicité son valet.

Ont signé :
Louis Baudouin, sgr de La Ville en Bois
Julien Gravoil, pour Jean Bouyer
Pierre Richardeau pour Jean Guibert
Bernardin Langlade, maître chirurgien pour Jacques Georget
Serge Bretet, notaire
J Sauvestre, notaire







Signature au bas de l'acte, de Serge Bretet, notaire à Bouaye